L’Open Data de la semaine : Égalité hommes-femmes en Europe

Égalité hommes-femmes en Europe

Après l’enquête Toujours en retard le TGV ?, notre équipe se plonge aujourd’hui dans la réalité de l’égalité hommes-femmes en Europe. De la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d’Olympe de Gouges à l’égalité de rémunération inscrite au Traité de Rome, l’égalité homme-femme est au cœur du débat public européen. Convaincus que les intentions se vérifient au feu des données ouvertes, nous avons mené l’enquête.

Égalité hommes-femmes en Europe

En 2013, l’European Institute for Gender Equality a publié un jeu de données ouvertes sur la situation européenne de l’égalité homme-femme en 2010. Ce jeu, disponible sur le portail Open Data de l’Union Européenne, passe les 27 états-membres (au moment de l’étude de l’EIGE) au crible. Six domaines-clés sont retenus : travail, argent, connaissance, temps, pouvoir et santé.

Ces six domaines-clés sont composés de 38 sous-domaines aussi variés que l’espérance de vie, la représentation ministérielle ou le temps consacré à l’éducation des enfants. Une note est attribuée à chacun des états-membres entre 1 (inégalité flagrante) et 100 (égalité complète).

 

Égalité hommes-femmes – Pas d’inégalité flagrante ?

Après un rapide nettoyage des données, nous les avons publiées sur notre portail Open Data public. À l’aide de notre outil Cartographe, nous avons créé une carte sur laquelle les couleurs correspondent à l’indice général d’égalité des différents pays. Nous avons défini trois catégories :

  • Rouge : inégalité flagrante (indice général entre 1 et 33)
  • Orange : égalité modérée (indice général entre 34 et 66)
  • Vert : égalité marquée (indice général de 67 à 100)

La première chose que nous remarquons, est l’absence d’inégalité flagrante pour chacun des 27 états membres. Voilà pourquoi nous ne voyons aucune zone rouge sur la carte.

Nous constatons qu’au niveau de l’Europe des 27, les pays se répartissent dans les deux catégories supérieures : égalité modérée et égalité marquée. Explorons maintenant cette relative homogénéité.

Le graphique détaille l’indice de chaque État membre. La Roumanie est nettement en retard avec un indice de 35,3. À l’autre extrême du spectre, le Danemark, la Suède et la Finlande promeuvent l’égalité avec des indices de plus de 73.

Explorons le détail de certains domaines-clés.

 

Égalité hommes-femmes – Travail

L’indice travail est divisé en huit sous-indices : participation, emploi équivalent temps plein, durée de la vie active, ségrégation et qualité de travail, ségrégation sectorielle, flexibilité des horaires, formation professionnelle continue, et santé et sécurité.

Premier constat, l’indice de chaque état est supérieur à l’indice général. La Bulgarie reste toujours en retrait avec un indice de 50. La France se place de justesse dans le groupe de tête avec un indice de 67. La Finlande caracole en tête du classement avec une égalité mesurée à 82.

 

Égalité hommes-femmes – Argent

Bien que de nets progrès soient à observer dans la réduction des inégalités de traitements de revenus, les disparités entre hommes et femmes restent très marquées. Lorsqu’on aborde la question d’une rémunération égale pour un travail égal, les pays de l’Est sont en général moins favorables aux femmes. Par exemple, la Roumanie, la Bulgarie et la Lettonie ont un indice compris entre 39 et 42. Le Luxembourg et les Pays-Bas sont en revanche les pays les plus égalitaires.

 

Égalité hommes-femmes – Temps

Dans ce domaine-clé sont comptabilisées les activités non-professionnelles et non-rémunératrices : activités domestiques et ménagères, éducation des enfants, socialisation et loisirs.

Les activités domestiques, ménagères et liées aux enfants sont très contrastées. En Finlande, en Suède et au Royaume-Uni, les tâches ménagères sont plus équitablement réparties que les activités liées aux enfants. En France, l’égalité hommes-femmes ne pénètre pas encore les domaines domestiques, ménagers et de l’éducation. L’indice français d’égalité des tâches ménagères (35) est au même niveau que la Lituanie.

 

Égalité hommes-femmes – Pouvoir

Avant de conclure, attardons-nous sur l’égalité entre hommes et femmes dans l’exercice du pouvoir. Prenons l’exemple de la France en regard de la situation suédoise. Rappelons que le 23 juillet 2008, l’article 1 de la Constitution française a été modifié par l’ajout de l’alinéa « la loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives ». Quel constat pouvons-nous faire ?

À l’exception de la représentation régionale (91,3), les femmes françaises ont un accès restreint aux responsabilités ministérielles (62,2) et très restreint aux fonctions parlementaires (33,7). La Suède est mieux notée dans chacune des trois catégories.

Cet article était un exemple succinct de quelques fonctionnalités combinées de la solution OpenDataSoft : graphiques d’analyse, cartes intégrées… La plate-forme OpenDataSoft permet de comprendre des données complexes en un coup d’œil grâce à des visualisations interactives intégrables sur n’importe quelle page web. Cartes et graphiques se synchronisent automatiquement à chaque modification des jeux de données afférents.

Avec OpenDataSoft, vos données parlent enfin d’elles-mêmes…

 

Related Posts