Un des moyens les plus populaires de partager de la donnée est de créer une carte. C’est une forme à la fois interactive et intuitive de superposer la donnée à des concepts familiers, que ce soit pour montrer des emplacements, mettre en valeur des évolutions par des cartes de chaleur, ou afficher toutes les villes ayant voté pour un candidat de gauche cette année.

Cependant, une donnée géographique n’est jamais qu’une chose dessinée dans un espace à 2 dimensions, et ne prend de sens visuellement qu’une fois couchée par dessus une représentation des routes, des océans ou des contours administratifs; car hélas, à l’heure qu’il est, l’être humain est toujours particulièrement perdu lorsqu’il s’agit de réaliser que latitude 48.858333°, longitude 2.294167° est en réalité la Tour Eiffel (mais si, voyons, entre la pelouse à 48.832,2.315353 et le pont à 48.86123,2.282235 !).

Cette représentation (ou “fond de carte“) est donc obligatoire, et porte la lourde responsabilité de se placer “sous” vos données pour en fournir le contexte géographique; mais il est assez fréquent de juste utiliser le premier fond de carte disponible sans se poser plus de questions. En réalité, il est assez facile de prendre un petit peu de temps pour trouver un fond de carte adapté à vos données, et les mettre encore plus en valeur. OpenDataSoft vous permet d’ailleurs d’intégrer facilement de tels fonds de carte.

Le fond de carte : un contexte pour vos marqueurs

A l’heure actuelle, et en dehors de mastodontes comme Google, la plupart des fonds de carte que vous croiserez sur le web sont construits à partir d’OpenStreetMap, un projet libre visant à collecter un maximum de données géographiques afin de pouvoir construire une carte libre hautement détaillée du monde. Il est probable que votre quartier soit déjà intégralement cartographié dans OpenStreetMap (vous pouvez vérifier par vous-même !). Cela signifie qu’il est théoriquement possible de créer à partir de ces données des cartes avec des informations hautement détaillées telles que les arbres, les restaurants… Par exemple, le projet OpenStreetMap propose quelques fonds de cartes spécialisés. Notons par exemple ceux concernant les transports et les parcours cyclables, qu’il serait possible d’utiliser pour contextualiser des jeux de données autour de ces thématiques:

Fond de carte OpenStreetMap CycleOpenStreetMap Cycle Map
Fond de carte OpenStreetMap transportsOpenStreetMap Transport Map

Mais vous avez également de nombreux choix si vous voulez juste représenter ce qui est généralement considéré comme une carte “classique” (ce qui signifie généralement “comme Google Maps” ou “comme Apple Plans”), et vous allez probablement reconnaitre ces 2 exemples de cartes pour les avoir déjà rencontrées sur le web :

Fond de carte mapbox streetsMapbox Streets
Fond de carte mapquestMapQuest

Vous pouvez aussi trouver des cartes assez “spéciales”, comme les cartes “pirate” ou “comics” de Mapbox. Il est assez compliqué de leur trouver un usage dans la vie de tous les jours, mais on a quand même envie d’essayer :

Fond de carte MapBox comicsMapbox Comic
Fond de carte MapBox PiratesMapbox Pirates

Et pour finir, il existe des fonds de cartes où l’on peut essayer de reconnaitre sa maison vue du ciel: les vues aériennes ou satellites. Ces fonds de carte sont un peu plus rares pour deux raisons: créer un fond satellite de qualité coûte cher (vous êtes-vous déjà demandé pourquoi on ne voit jamais de nuage sur ce type de carte ?), et ces cartes sont assez hautes en contraste et en couleurs, et il est assez compliqué d’y afficher des données de façon lisible. Malgré tout, des fournisseurs comme Mapbox proposent ce genre de fonds de carte, parfois avec les routes et contours administratifs en surimpression.

Fond de carte MapBox satelliteMapbox Streets Satellite

Des fonds de cartes neutres pour l’analytique

Les cartes ne sont pas uniquement utiles pour afficher des points, elles peuvent également être de puissants supports pour des représentations analytiques: vous pouvez représenter les quartiers de votre ville et les colorier en fonction de la densité de population, afficher une carte de chaleur des naissances 9 mois après une victoire de l’équipe nationale, ou représenter la circulation routière par des grands axes rouges ou verts. Dans ces cas là, vous jouez sur les différences et nuances de couleurs, et pour vous assurer que votre représentation soit intacte, vous ne pouvez pas vraiment vous baser sur un fond de carte comportant des couleurs pouvant interférer. Des fournisseurs comme Mapbox proposent des fonds de carte “neutres” qui sont de parfaites bases pour ce type de visualisation :

Fond de carte MapBox darkMapbox Dark
Fond de carte MapBox lightMapbox Light

Beaucoup de cartes peuvent bénéficier de ce type de fond de carte, qui les rend beaucoup plus claires et intelligibles.

Votre propre fond de carte

Parfois, on a besoin d’un fond de carte qui soit le sien : peut-être voulez-vous une carte assez classique mais utilisant vos propres couleurs; peut-être voulez-vous une carte qui affiche certaines choses et en cache d’autres pour en faire un support plus adapté à vos données (par exemple une société de transports pourrait vouloir une carte spécialisée autour des chemins de fer, afin de mettre en valeur ses données opérationnelles). Les fonds de carte sont basés sur des standards bien établis, ce qui permet de bénéficier de différents outils et façons de créer ses propres fonds, bien que ces possibilités soient toutes un peu techniques et demandent un peu de travail.

La méthode la plus simple (à notre connaissance) est d’utiliser Mapbox Studio, qui prend en charge beaucoup de choses à votre place (l’hébergement notamment) mais nécessite tout de même d’apprendre au moins un peu de CartoCSS (le “CSS des cartes”). Il existe des alternatives libres pour construire sa propre “stack”, notamment Kosmtik combiné à Tilestache. Dans tous les cas, il faut voir ces fonds de carte comme un ensemble de styles appliqués à des données cartographiques (typiquement OpenStreetMap), et ils peuvent être conçus par quiconque pouvant passer un peu de temps à “ouvrir le capot”.

Il existe aussi d’autres outils très spécifiques pour effectuer des manipulations telles que transformer une image en fond de carte, ce que nous avons fait pour notre carte des fromages français grâce à l’outil MapTiler; il suffit d’envoyer une image, et de guider le logiciel en faisant correspondre des points de l’image à des emplacements géographiques réels.

Les fonds de carte et OpenDataSoft

Si vous êtes un client OpenDataSoft, il est facile de configurer un ou plusieurs fonds de carte pour vos données. Depuis la page Domaine, vous trouverez une interface pour ajouter ou modifier vos fonds de carte: par défaut, vous pouvez choisir parmi un choix de fonds gratuits; vous pouvez également créer un compte Mapbox pour bénéficier de notre intégration Mapbox et ajouter leurs 14 fonds de carte à cette liste. Vous pouvez aussi configurer vos propres fonds de carte à partir d’une URL, ou même un service WMS; n’oubliez pas de configurer l’attribution si le fond de carte le demande.
basemaps