site de la fete de la science mesr

Organisée chaque année par le Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MENESR), la Fête de la Science s’est déroulée du 8 au 16 octobre 2016 pour sa 25ème édition. Cette manifestation regroupait près de 6 000 événements de quartier (ateliers, parcours, découvertes de laboratoires, expositions pour petits et grands). Pour réaliser le site consacré à la Fête de la Science, le MENESR s’est servi, entre autres, des widgets proposés par OpenDataSoft. Nous sommes allés interroger les professionnels du Ministère qui ont œuvré sur ce projet.

Interview du MENESR sur la plateforme OpenDataSoft

Combien d’événements ont pu être proposés cette année ?

Cette année, la Fête de la Science représentait environ 5800 événements dans la base de données. Pour les chiffres, nous avons pu enregistrer environ 20 000 visites par jour sur le site, ce qui est relativement élevé.

Quelle a été votre expérience de l’utilisation de la plateforme OpenDataSoft pour un événement comme la Fête de la Science ?

Le souci avec cet événement, très « volumineux » en termes de données et de visiteurs, est que nous avons beaucoup « tapé » dans le quota des appels APIs. Heureusement, nous avons pu en parler avec OpenDataSoft, ce qui nous a permis d’anticiper la fréquentation, montée en flèche au plus fort de la manifestation. Le service rendu au niveau de l’infrastructure nous a été très utile. Dans le projet du site de la Fête de la Science, qui était assez conséquent, nous avons fait intervenir des prestataires pour développer en HTML sur la bibliothèque OpenDataSoft. C’était la première fois que nous mettions des prestataires extérieurs dans la boucle.

Quels types de jeux de données mettez-vous en ligne sur la plateforme ?

Il s’agit d’un agenda en ligne : nous exportions les données de cet agenda directement sur la plateforme OpenDataSoft.

Quels retours avez-vous eus de la part des usagers ?

D’après les statistiques, les utilisateurs du site ont semblé apprécier l’expérience en consultant plusieurs pages (comportement mesuré via un taux de rebond sur le site plutôt faible). Les développeurs pouvaient utiliser l’API (notamment pour leurs sites régionaux) ou un widget prévu pour l’occasion. Il y a eu beaucoup de requêtes de ce genre sur la plateforme pendant la manifestation.

Quel intérêt retenez-vous de la solution proposée par OpenDataSoft ?

Cela nous fait gagner du temps en nous permettant d’être agiles. On parle en termes d’utilisation massive pour des données à grande échelle donc de ce point de vue nous étions plutôt satisfaits, notamment par tout ce qui concerne la scalabilité.

Vous avez d’autres projets en cours. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

La Fête de la Science est la première utilisation d’ampleur des widgets OpenDataSoft. Cette utilisation est complétée par le redesign de la plateforme Open Data de manière à offrir une meilleure validation par rapport aux jeux de données dont le nombre a quasiment doublé depuis l’ouverture.

Projets ScanR et RéFérens III

Qu’en est-il des projets ScanR et RéFérens ?

Concernant le projet ScanR, lancé en juillet dernier, nous mettons régulièrement à jour les données qui l’alimentent. Il n’y a pas de nouvelles fonctionnalités à noter, mais nous sommes passés de 15 000 à 25 000 entités. Il s’agit d’un patrimoine de données réutilisables sur lequel nous allons continuer de travailler.

À l’occasion de la refonte du Référentiel de Métiers de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, nous avons mis toutes les informations dans des fichiers de jeux de données Open Data (en licence ouverte). Le fait de les avoir ajoutées à la plateforme a permis de construire une application pour les usagers, plus précisément les « personnes qui travaillent dans les métiers techniques et l’administration de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ». Cette application va permettre de partager les attentes des 242 métiers au travers des 900 compétences attendues pour les personnels qui occupent ces métiers mais aussi pour les nouveaux arrivants occupant ces fonctions.

Ce projet, appelé RéFérens III, est déjà disponible en Open Data. On retrouve deux jeux de données. Nous avons poussé à la mise en Open Data de ces informations afin de les partager largement, faciliter la reprise à la fois par nos différents opérateurs (pour alimenter leur SI RH), mais aussi partager les référentiels avec d’autres administrations ou autres structures RH de grandes entreprises. Cela a également permis de structurer et d’améliorer la qualité d’informations qui n’étaient pas correctement structurées à la source.

Le fait de pouvoir construire nos propres services à partir de nos données ouvertes via les widgets nous permet de proposer des jeux de données plus facilement exploitables par des tiers.


Vous souhaitez ouvrir vos données ?

Recevez votre guide gratuit maintenant ! Il réunit les 10 étapes essentielles pour bien amorcer votre projet Open Data.



Téléchargez le guide Open Data d'OpenDataSoft